Stefan Molyneux

La Vie sans gouvernement : elle n'est pas aussi lointaine que vous ne le pensez

(2006)

 



Note du Webmestre

Ceci est une remarquable et franche illustration du fait que, dans la vie quotidienne, "la non-violence est la norme, et que la coopération volontaire est en fait la façon dont la plupart des gens vivent en réalité". Ne pas prêter attention à cette simple réalité est probablement le résultat d'un endoctrinement constant, dès le plus jeune âge, effectué par l'État qui nous fait croire que, sans lui, la vie serait extrêmement insécurisée et que nous avons besoin d'un état pour nous protéger de la violence. Toutefois, ainsi que l'a remarqué l'historien J. P. Taylor : "A l'état de nature que Hobbes a imaginé, la violence était l'unique loi, et la vie était «méchante, bestiale et courte». Bien que des individus n'aient jamais vécu à l'état de nature, les Grandes Puissances d'Europe ont toujours entretenu plus ou moins les mêmes conditions de vie." (A. J. P. Taylor, The Struggle for Mastery in Europe 1848-1918, 1954).

Pour une courte présentation historique de votre asservissement par l'État, regardez cette vidéo de Stefan Molyneux (en anglais).

Note du Traducteur

J'ai tenté de rendre le meilleur compromis possible entre la préservation du sens original du texte et le sens du texte traduit. Vous me pardonnerez donc, je l'espère, les maladresses de style que vous pourriez rencontrer ; bien que le niveau de langue soit très important, mon objectif principal est de rendre le texte accessible à un plus grand nombre de personnes, n'étant pas un traducteur professionnel.

 


 

Je suis toujours étonné lorsque quelqu'un rejette la possibilité même d'une société sans état en demandant que je fournisse une preuve qu'une telle société ait jamais existé, ou pourrait jamais fonctionner.

"Mais je peut vous donner un exemple d'une société non-violente fonctionnant parfaitement à l'instant même !", réponds-je.

"Ah oui ?", demandera sceptiquement mon interrogateur. "Où ?"

"Eh bien, c'est … vous !"

Une extraordinaire vague de confusion succède toujours cette affirmation pourtant très simple. "Qu'est-ce que vous voulez dire ?"

"Eh bien, êtes-vous marié ?", dis-je.

"Oui, mais…"

"Avez-vous forcé votre épouse à vous marier ?"

"Qu'est-ce que vous voulez dire ?"

"Lorsque vous lui avez proposée, serriez-vous un revolver contre sa tempe en la menaçant de presser la détente si elle n'acceptait pas de se marier à vous ?"

"Non, mais…"

"Avez-vous un métier ?"

"Oui…"

"Et quand vous êtes allé à votre entretien d'embauche, teniez-vous un couteau contre la gorge de votre interlocuteur jusqu'à ce que vous obteniez le job ?"

"Non…"

"Êtes-vous allé à l'école ?"

"Bien sûr ! Mais qu'est-ce que…"

"Et si vous vouliez un 10/10, travailliez-vous dur, ou kidnappiez-vous la fille de votre professeur pour la garder en otage jusqu'à obtenir la note que vous vouliez ?"

"Non, mais…"

"Volez-vous à l'étalage lorsque vous- allez dans les magasins ? Quittez-vous les restaurants sans payer la facture ? Partez-vous sans payer des stations d'essence ? Si vous organisez une fête, rassemblez-vous vos invités en les braquant ?"

La réponse est chaque fois la même. Non, bien sûr ! Au long des vingt dernières années, au cours de milliers de conversations, je n'ai jamais rencontré personne qui faisait régulièrement usage de la violence. J'ai rencontré quelques personnes qui avaient participé à des bagarres de bar, eu ouïe de fables de quelques mauvais mariages et vu quelques parents assez méchants, mais je n'ai jamais rencontré une seule personne qui utilisait régulièrement et systématiquement la violence pour forcer les autres à l'obéissance.

Donc naturellement, je suis assez confus lorsque quelqu'un me demande de produire une preuve du fonctionnement de sociétés non-violentes. C'est comme si un homme tout essoufflé me demandait de lui donner une preuve que l'air ait jamais existé.

Vous ne faites pas usage de la violence dans votre vie. Vous ne forcez pas les gens à vous obéir. Vous n'abattez, ne poignardez ni n'empoisonnez pas les gens qui sont en désaccord avec vous.

Et je suppose que vous ne connaissez personne qui le fasse.

Pensez juste à cela un moment. Pensez à votre famille, proche comme éloignée, à votre entourage sur votre lieu de travail, à tous vos managers, employés et clients. Pensez à l'homme qui pilote votre avion, à la femme qui répare votre voiture, au jeune homme qui livre vos journaux. Pensez aux milliers de milliers de personnes que vous avez rencontrées tout au long de votre vie. Combien, combien des personnes que vous avez rencontrées en tant qu'adulte ont jamais utilisé la violence contre vous ?

Je parie que votre réponse est aucune.

En fait, c'est assez remarquable, quand on y réfléchit. Juste en regardant votre propre vie, vous pouvez voir une communauté de centaines ou de milliers de personnes composées intégralement de pacifistes. Une communauté composée de personnes qui résolvent toutes leurs disputes sans aucun couteau ni arme à feu.

Les gens répondent généralement à cela, bien sûr, en arguant que les gens n'utilisent pas la force parce que l'État a des cours de Justice, et qu'il y a la police, etc. ; et que sans la protection de l'État nous serions dans cet état mythique de nature, volant et s'entre-tuant chacun selon notre souhait.

C'est une objection intéressante, mais j'avoue avoir du mal à la prendre très au sérieux, parce que tout ce que j'ai à y répondre est ceci :

"Avez-vous jamais même expérimenté le système judiciaire de l'État ?"

Bien sûr que non. Si c'était le cas, ces mêmes gens ne parleraient pas si allègrement à propos de ce que la "mince ligne bleue" est tout ce qui nous sépare du cannibalisme. [NdT : dans les pays anglo-saxons, la "thin blue line" désigne par métonymie les représentants de l'ordre, à cause de l'aspect de leurs uniformes]. Et ce n'est pas la crainte de la police qui vous garde de déverser vos ordures sur la pelouse de la porte à côté, mais plutôt un désir naturel de vivre en paix avec ceux qui vous entourent.

Aussi, pour sûr, il y a des personnes qui utilisent la violence pour arriver à leurs fins – mais vous pouvez vous protéger vous-même contre ces criminels. Vous ne pouvez pas vous protéger contre l'État.

Est-ce que cette approche prouve qu'une société sans État marchera parfaitement ? Non, bien sûr. Cependant, j'espère que cela vous a aidé à voir que dans votre vie, une société sans État pacifiste fonctionne superbement ! Je ne m'attend pas à ce que cette approche vous convaincra de la faisabilité d'une société sans État dans son ensemble, mais que pour la société dans laquelle vous vivez – certainement la plus importante à vos yeux – elle souligne le simple fait que la non-violence est la norme, et que la coopération volontaire est en fait la façon dont la plupart des gens vivent en réalité.

En d'autres mots, si nous regardons nos propres vies, et mettions de côté la propagande et la peur, il devient clair que les sociétés sans État ne sont non seulement possibles dans le futur, mais belles et bien en vie à l'instant présent. Pour voir le futur de la Liberté, il suffit de regarder dans le miroir aujourd'hui.

 


[Home] [Top]